image les étudiants et le suicide

A l’occasion de la journée mondiale pour la prévention du suicide, le 10 septembre prochain, on vous en dit plus sur la cohorte.

Le suicide chez les jeunes 

La santé mentale, et plus particulièrement le suicide, est un sujet grave et fréquent dont on parle peu alors que c’est la 2ème cause de mortalité chez les jeunes.

Méconnaissance et fausses vérités entourent cette question.

« Ceux qui disent qu’ils vont se suicider ne le font jamais », « c’est un appel au secours »… peut-on entendre au détour des conversations.

Faux ! Tous les suicidés en avaient parlé avant de passer à l’acte.

 

Entre 6% et 9% des Sharers (participants à l’étude i-Share) déclarent avoir fait une tentative de suicide.

Plus d’1/5 d’entre eux a eu des pensées suicidaires dans l’année écoulée dont 4% déclarent que ces pensées étaient fréquentes.

La moitié de ceux qui ont eu des pensées suicidaires fréquentes – dont on sait qu’il s’agit d’un facteur de risque important de geste suicidaire – en ont parlé à leurs proches, un sur trois en a parlé à un médecin.

Mais seulement 30% ont été pris en charge.

 

Ce descriptif porte sur 14 722 étudiants toutes filières confondues, participant à l’étude i-Share et inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur. 75% de femmes, âge moyen : 21 ans. 

Le projet « Qu’aurais-tu fait à ma place ? »

« Leur histoire est entre tes mains... » tel est le slogan de la mini-série interactive grand public proposée par l’équipe i-Share pour la prévention contre le suicide et qui sortira sur YouTube le 10 septembre prochain.

 

Si le comportement suicidaire est identifié, une prévention adaptée permet d’éviter le passage à l’acte.

C’est pourquoi il est essentiel d’améliorer les connaissances de tous sur ce sujet grave, afin d’aider l’entourage à déceler les signes annonciateurs. 

 

Mais comment faire sans rebuter ni inquiéter ?

De nombreuses initiatives sont ignorées, notamment par les jeunes.

C’est pourquoi l'équipe i-Share a conçu une approche complètement nouvelle utilisant un outil ludique ayant un grand succès actuellement chez les jeunes adultes : une mini-série interactive

 

La fiction dure au total environ 30 minutes et aborde frontalement la question.

Découpée en plusieurs séquences de 3 minutes maximum, le spectateur doit, à la fin de chacune d’elles, cliquer sur un des deux choix de suite possibles. 

L’utilisation d’un outil actuel et ludique permet d’attirer un public large, de rendre plus concrète la question du suicide en la déstigmatisant, d’impliquer celui/celle qui parcourt la mini-série, qui va s’identifier au personnage choisi et apprendre par ses choix en vivant, avec lui, les conséquences de ses attitudes et de ses actes.

 

Cette mini-série interactive « Qu’aurais-tu fait à ma place ? » a été réalisée par Marine Quéroué, interne de santé publique au sein de l’étude i-Share, avec le soutien de l’équipe et de son responsable, Christophe Tzourio, Professeur de santé des populations à l'université de Bordeaux. 

 

Découvrez la bande-annonce

 

Suivez toutes les infos de la mini-série sur :

 

EM

 

Photo by Ian Espinosa on Unsplash