Jeu vidéo, une aide dans la scolarité ?

Ce 25 novembre, aura lieu la journée mondiale du jeu vidéo. L'opportunité pour i-Share de décrire les habitudes des gamers.

Les jeux vidéos sont actuellement un véritable outil éducatif qui apporte des bienfaits aux étudiants, tout comme des dangers pour leur santé, s'inquiètent les medecins. 

La richesse des jeux vidéo

En Ecosse, une étude menée par l'Université de Glasgow a publié en mai, que jouer aux jeux vidéo permettrait aux étudiants d’acquérir des capacités singulières et insoupçonnées.

Les chercheurs démontrent que les gamers sont plus prédisposés :

  • à résoudre des énigmes,
  • à s’adapter,
  • à aiguiser leur esprit critique.

 

A contrario, les personnes, qui ont décidé de ne pas jouer, ont cependant d’autres manières de développer leurs compétences via la lecture, le sport, l’art…

Les jeux vidéo sollicitent donc les neurones et permettent de développer des compétences comme la logique, la patience, la réflexion, la communication, la concentration, la mémoire, la prise de décision etc…

L’avantage du jeu vidéo, c’est qu’il n’a aucune limite. Il propose diverses histoires et thématiques, rendant ainsi chaque jeu unique en termes d’éducation.

Chacun, par la singularité de leur histoire et des missions proposées, va vous apporter des aptitudes variées et utiles pour la vie future.

De nos jours, le jeu vidéo ressemble plus à un film, et comme on le sait déjà il délivre presque toujours un message.

La principale qualité du jeu vidéo (pour la plupart du moins) est qu'il transmet une idée d’humanité !   

L’appartenance à un monde virtuel

Le problème avec les jeux vidéo c’est que l’on intègre une « sphère privée » de gamers qui peut parfois isoler les joueurs du monde réel.

C’est alors que le joueur peut développer une dépendance, même si ce n’est pas une substance, et devenir bel et bien addict au fil du temps.

Par conséquent, il y a un risque de repli sur soi-même, en diminuant les interactions sociales et les activités sportives.

 

D’autre part, certains spécialistes pensent qu’un usage excessif des tablettes et smartphones peut :

  • affaiblir les muscles oculaires,
  • entraîner de la fatigue et des maux de tête,
  • causer des problèmes musculosquelettiques à cause d’une mauvaise posture pendant la partie de jeu.  

A quoi ressemble l'étudiant gamer ?

Sur 78 réponses recueillies auprès d'étudiants gamers, on constate qu’ils jouent principalement sur :

  • console à 41%,
  • smartphone à 34,6%,
  • PC à 23,1%,
  • tablette à 1,3%.

Les étudiants jouent très majoritairement le soir à 89,7%, ensuite la nuit (29,5%), l'après midi (24,4%) puis le matin (17,9%). 

Le fait de jouer le soir aux jeux vidéos pourrait expliquer la difficulté qu'ils rencontrent à s'endormir puisqu'il est recommandé d'éteindre les écrans 30 minutes avant d'aller dormir. 

On relève qu'il y a trois types de gamers : 

  • Les gamers occasionnels (moins de 30 minutes par jour) : 42,5%
  • Les gamers réguliers (entre 30 minutes et 2 heures par jour) : 43,6% 
  • Les gamers assidus (entre 2 heures et plus) : 14,1% 

 

EMo

Sources :

Source photo : https://unsplash.com/