L'étude i-Share, round 2 image

Début 2018, l’Agence nationale de la recherche (ANR) a annoncé que le nombre de participants pour mener à bien les projets de recherche sur la santé des jeunes était largement atteint.

Une nouvelle étape plus orientée sur la fidélisation des participants peut donc débuter en mettant l’accent sur le suivi.

La suite logique de toute étude de cohorte pour lui donner toute sa valeur scientifique !

Un recrutement exemplaire

Avec plus de 18 800 participants, la cohorte i-Share est la plus grande cohorte d'étudiants au monde.

Il s'agit d'un échantillon exceptionnel par sa taille mais aussi par l'investissement des étudiants de tous horizons, ce qui permet d'aborder de nombreuses questions de recherche et d'intervention sur la santé.

Il y a en cours une quinzaine d'études indépendantes se déroulant dans i-Share, certaines ayant obtenues un financement dans le cadre d'appels d'offres nationaux.

Une nouvelle phase pour l’étude

Depuis son lancement en avril 2013, i-Share s’est principalement concentrée sur le recrutement de participants.

L’étude a déployé tous les efforts nécessaires pour se faire connaître auprès du public étudiant :

  • communication basée sur les réseaux sociaux,
  • évènementiels,
  • communication de pair-à-pair sur les stands tenus par les étudiants relais pour les étudiants,
  • digitalisation de ses questionnaires.

A présent, l’étude va s’attacher à renforcer la fidélisation des participants en déployant une communication focalisée sur le questionnaire de suivi.

Cependant, il sera toujours possible de s'inscrire à i-Share pour les étudiants souhaitant rejoindre l’aventure.

Un suivi essentiel

Le suivi d’une cohorte est un élément essentiel car c'est la mise en relation entre ce que disent les participants dans le questionnaire initial et les événements de santé lors des années suivantes qui donne toute la valeur d'une cohorte.

D'autre part, il est également important de suivre dans le temps les consommations de médicaments, de tabac et autres drogues licites et illicites, afin de comprendre les tendances et ce qui influe sur celles-ci.

C'est à partir de ces données de suivi que des mesures permettant d'améliorer la santé de tous pourront être mises en place.

 

EM