Et si la contraception n’était plus qu’une affaire de femmes ?

La contraception ne devrait plus être qu’une affaire de femmes. En France 4 millions de femmes prennent la pilule chaque jour et en subissent les effets indésirables.

La contraception masculine existe déjà mais elle est encore taboue

La responsabilité de la grossesse ne devrait pas seulement être assumée par les femmes, elle devrait être partagée au sein d’un couple. Il est temps de faire évoluer les mentalités à ce sujet. Aujourd’hui les hommes se disent de plus en plus prêts à assumer la contraception et à partager cette charge.

A ce jour, il existe quelques méthodes de contraception masculine mais elles sont très peu répandues. Le retrait et les préservatifs masculins sont des méthodes de contraception pratiquées depuis très longtemps. Les injections de testostérone sont autorisées depuis 1963 mais malgré une efficacité médicalement prouvée, cette méthode n’est pas populaire.  

Il y a aussi la vasectomie. La vasectomie est une stérilisation à visée contraceptive. Elle consiste, à travers une légère incision de la peau des testicules, à bloquer et couper les canaux déférents les spermatozoïdes à partir des testicules. Cette méthode fait souvent peur or elle est réversible. 

D’autres moyens existent déjà comme le slip chauffant ou le gel spermicide et d’autres sont encore à l’étude. La contraception hormonale a trop longtemps été vue comme « affaire de femmes ».

Et si les hommes prenaient la pilule ?

Une pilule contraceptive pour hommes vient de passer avec succès les premiers tests suite à un essai clinique mené aux États-Unis.   

Cet essai clinique a été réalisé sur 40 hommes pendant 28 jours à qui l’on a administré une pilule, appelée 11-beta-MNTDC. Elle combine les effets de la progestérone et d’un androgène et diminue le niveau de testostérone nécessaire à la production de spermatozoïdes. Cette technique permet une infertilité temporaire, le temps du traitement.  

Les premiers tests n’ont causé que peu d’effets indésirables, seulement de la fatigue, des maux de têtes et de légers troubles de la libido pour certains des hommes (ce que beaucoup de femmes subissent quotidiennement). Le traitement a été pris jusqu’au bout par tous les participants. 

Pour que la pilule puisse être mise sur le marché, ce qui n'arrivera pas avant une dizaine d’années, elle devra encore être testée. Mais cette fois ci à une plus grande échelle et sur une période plus longue. 

Vers une responsabilité et des risques partagés

L’objectif est de créer une pilule qui, en termes d’efficacité et d’effets secondaires/risques, serait équivalente ou supérieure à la pilule féminine. La commercialisation d’une contraception masculine n'est pas pour demain, mais son développement semble sur la bonne voie. 

Les résultats de cette étude sont encourageants, il s'agit d'un bon début vers l’égalité de la charge contraceptive et de ses risques.

 

CO

 

Photo by Freepik

Sources :