Des OBNI dans la tête des migraineux !

Des OBNI (Objets Blancs Non Identifiés) ont été retrouvés dans le cerveau des migraineux. Ces OBNI identifiés par IRM sont en fait des lésions des microvaisseaux de la substance blanche du cerveau. D’après les chercheurs français et hollandais, ces lésions n’auraient pas d’impact sur les capacités cognitives (mémoire, concentration…) des migraineux mais l’investigation continue…

Tempête dans le crâne : la migraine n’est pas un simple mal de tête !

La migraine concerne 15% de la population française essentiellement entre 15 et 45 ans, plus particulièrement les femmes et souvent avec un terrain génétique. Elle est reconnue aujourd’hui pour son côté invalidant pendant les crises et est clairement définie par des critères internationaux (durée de 4 à 72 heures, accompagnée de nausées ou vomissements, avec une forte gêne de la lumière et du bruit). Dans 20% des cas, la crise migraineuse est précédée par des phénomènes visuels appelés « aura ».

Le mystère de cette maladie

On sait aujourd’hui que c’est une augmentation du diamètre des vaisseaux du cerveau (vasodilatation) qui provoque cette douleur atroce spécifique de la migraine.

Avec le développement des techniques d’imagerie comme l’IRM, des chercheurs hollandais ont pu identifier dans le cerveau des migraineux des OBNI qui sont des lésions des microvaisseaux cérébraux appelés aussi hypersignaux. Ces lésions sont plus souvent présentes chez les femmes souffrant de migraine avec aura et ayant des crises fréquentes.

Evolution des lésions cérébrales et impact sur le cerveau….

Des chercheurs de l’INSERM, dont Tobias Kurth, ont étudié la relation entre la migraine et la démence. Rassurant ! Il ne semble pas que ces deux maladies soient associées.

Ceci a été confirmé, par les chercheurs hollandais qui ont étudié l’évolution des lésions cérébrales chez des migraineux pendant 9 ans et n’ont pas trouvé d’impact sur les fonctions cognitives (troubles de la mémoire, de la concentration ou du langage…).

Mais le mystère subsiste, il s’agit maintenant pour les chercheurs d’étudier l’évolution de ces lésions à plus long terme c’est-à-dire à l’orée du déclin cérébral …

 

> Lire l'article du Monde de l'intelligence de février/mars 2013 (n°29).