Santé et droits de l’Homme : quels liens ?

Pour la journée Mondiale des Droits de l’Homme, i-Share souhaite rappeler le lien qui existe entre cette convention et le domaine de la santé. De quoi en apprendre plus sur nos droits à la santé.

La santé, un droit fondamental…

 

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, écrite en 1948 par les 58 états membres de l’Assemblée Générale de l’ONU, mentionne un droit à la santé dans son article 25 : « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ».

A ce texte s’ajoute la Convention de l’OMS, agence spécialisée de l’ONU chargée de la santé, adoptée par 64 États un peu avant, en 1946. Cet écrit est le garant des droits à la santé et à l’accès aux soins : « la possession du meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain ».  Selon l’OMS, le droit à la santé comprend l’accès, en temps utile, à des soins de santé acceptables, d’une qualité satisfaisante et d’un coût abordable. A ces droits s’ajoutent également l’accès à toutes les aides et autres couvertures sanitaires, qui sont également comptabilisées dans le droit à l’accès aux soins et à la santé.

 

…aux approches similaires à ceux des Droits de l’Homme

 

Faire le lien entre santé et droits de l’homme était nécessaire, d’une part pour imposer un cadre strict et égal dans tous les états signataires, mais également pour « fournir des stratégies et solutions adaptées pour affronter et rectifier les inégalités, les pratiques discriminatoires et les rapports de force injustes, qui sont souvent au cœur des problématiques sanitaires », selon l’OMS.

L’approche donnée à la santé se doit donc d’être :

  • Non-discriminatoire : cette théorie souhaite garantir que les Droits de l’Homme seront exercés sans discrimination sur la race, l’ethnie, la couleur de peau, le genre ou l’orientation sexuelle, la religion ou l’opinion politique.

 

  • Disponible : Les établissements en mesure de fournir un accès aux soins sont en nombre suffisant.

 

  • Accessible : Les établissements et les services liés à la santé sont accessibles à tous (non-discrimination, accessibilité physique, économique et de l’information).

 

  • Acceptable : Les établissements et services liés à la santé doivent respecter l’éthique médicale, les différences culturelles et doivent être attentifs aux besoins des hommes et des femmes tout au long de leur vie.

 

  • De qualité : La qualité des établissements et services liés à la santé se doivent d’être adaptés et répondre au besoin de la population. 

 

  • Responsable : Les états membres et autres entités responsables se doivent de respecter et faire respecter les Droits de l’Homme dans leur pays et au niveau international. 

 

  • Universelle : Les droits de l’Homme sont universels et inaliénables. Ils doivent être respectés en tout temps et partout dans le monde.

La santé est donc un domaine intimement lié aux Droits de l’Homme, et en acquiert les principes et les composantes. On ne peut pas parler de santé sans évoquer ces écrits. Une bonne chose pour l’accès aux soins, même si encore 100 millions de personnes dans le monde passent chaque année sous le seuil de pauvreté en raison de leurs dépenses de santé.

 

VL

 

Picture by Nick Youngson on Alpha Stock Images

 

Sources :