electra-Share étude sur la cigarette électronique

Rencontre avec Maelys, sociologue pour l’étude sur la cigarette électronique electra-Share

Qui es-tu et qu’est-ce que c’est une sociologue ?

Je suis sociologue chargée d'études, diplômée du Master 2 "Etudes et diagnostics sociologiques" de l'université de Bordeaux.

Le sociologue est un professionnel qui s’intéresse aux sociétés et aux organisations, aux processus, aux changements et aux dynamiques sociales. La sociologie est d’ailleurs née au 19ème siècle dans un contexte de changements sociétaux importants (urbanisation, industrialisation…). Le sociologue travaille généralement dans un champ de recherche spécifique (travail, santé, éducation, culture…). Il utilise différentes méthodes de travail : qualitatives, quantitatives, socio-historiques… et ses analyses peuvent porter sur plusieurs niveaux, du micro au macro.

Qu’est-ce qui te plait dans ce métier ?

J’aime à la fois l’aspect de terrain : aller à la rencontre des gens et leur demander de me raconter leurs pratiques, leurs préoccupations, leur trajectoire de vie, leur travail… Et à la fois l’aspect plus analytique du travail de sociologue, à travers l’étude de la littérature, l’analyse des entretiens ou des données statistiques : le travail plus théorique qu’il y a derrière. 

Pourquoi on fait appel à toi dans electra-Share ?

Dans electra-Share, on cherche à mieux comprendre les usages et les trajectoires des étudiants vapoteurs. Qui plus est, nous sommes encore dans une recherche exploratoire parce que le sujet étudiants / cigarette électronique est encore peu étudié en France aujourd’hui. L’idée dans electra-Share était de s’intéresser au sujet de manière « qualitative », c'est-à-dire à travers le discours des acteurs. Par conséquent, on a fait appel à moi pour problématiser la question, peaufiner la méthodologie, créer des outils ad-hoc, réaliser les entretiens avec les étudiants, retranscrire et analyser le tout. 

Pourquoi ça t’intéresse la recherche sur la cigarette électronique chez les jeunes ?

Parce que c'est nouveau, on ne sait pas encore beaucoup de choses sur le sujet. C'est toujours plus intéressant de travailler sur des terrains qui semblent encore inexplorés que sur des sujets sur lesquels tu as l'impression que tout a été dit. Mais surtout, c'est intéressant parce que le sujet de la cigarette électronique croise beaucoup de thèmes très intéressants à mes yeux de sociologue, tels que :

  • l'identité (quand devient-on "vapoteur" ? reste-t-on "fumeur" ?),
  • l'influence sociale (qui influence les usages des étudiants liés à la e-cigarette, comment ?),
  • la dépendance (comment est-elle perçue ? comment est-elle vécue par les étudiants ?),
  • les représentations sociales (autour de la cigarette, du tabac, de la santé, de la jeunesse)... et plein d'autres.

C'est très riche comme sujet d'étude.  

Qu’est-ce qu’un entretien semi-directif, comment ça se passe et à quoi ça sert ?

Un entretien semi-directif est une méthode dite "qualitative" qui permet d'aborder un sujet de manière ouverte et détaillée avec les personnes interrogées. C'est souvent nécessaire sur les sujets complexes qui ne peuvent pas être quantifiés ou catégorisés dans un questionnaire. C'est aussi très utile dans les recherches exploratoires. Concrètement, ce sont des entretiens anonymes et confidentiels qui se déroulent à deux, le plus souvent dans une salle à l'écart du bruit et des distractions.

Pour electra-Share, cela dure entre 45 minutes et 1 heure et c'est enregistré avec un dictaphone pour me permettre de me concentrer sur la conversation et m'éviter de devoir tout prendre en note. J'ai avec moi un guide d'entretien que j'ai réalisé en amont et qui me sert de feuille de route dans la discussion. Mais très concrètement, cela revient à une discussion ouverte autour d'un thème spécifique : dans electra-Share, je m'intéresse au parcours des étudiants autour de leurs usages du tabac et de l’e-cigarette (depuis leur adolescence jusqu'à aujourd'hui).

Le mot de la fin ?

On ne croirait peut-être pas sur un sujet comme ça mais j'ai entendu énormément d'histoires différentes, intéressantes, et surprenantes.

 

Le nombre d’entretiens souhaité pour electra-Share a été atteint. Nous avons hâte de découvrir les résultats de l’étude !

 

EM/MA